JML

© José Man Lius. 1970. Né à Paris. Vit et travaille à Paris. FR

José Man Lius. 1970. Born in Paris. Lives and works in Paris. FR

José Man Lius se réapproprie les traditions et les savoir-faire de cultures ancestrales pour révéler de nouveaux sens.  Il utilise la photographie, la performance, la vidéo et l’installation.

L’hybridation des pratiques, des traditions et des savoir-faire produit une forme syncrétique où se rencontrent le passé et les valeurs trompeuses d’un présent globalisé par les marques. Les créations récentes de José Man Lius évoquent des parures d’une civilisation inconnue ou des excroissances biomorphiques de l’espace architectural. De manière latente, elles ont une dimension érotique et transgressive comparable à celles d’objets rituels animistes. Plus prosaïquement elles sont réalisées avec les matériaux de l’industrie du luxe.

Est visible en creux la marchandisation de l’animal, dépouillé de sa peau et de sa dignité dans l’élevage industriel. En effet ces cuirs découpés n’évoquent plus grand-chose des bêtes. De l’animal, ils ne conservent que la texture, le derme gaufré et fripé… Mais aussi la blessure que constituent métaphoriquement les entailles. Ces découpes dans le cuir sont des actions humaines qui laissent percevoir la volonté de s’approprier la matière, mais aussi le désir de parer, ou de protéger le corps.

José Man Lius approach focuses on the body and hybridization. With the intention of revealing new meanings, he reappropriates the traditions and know-how of ancestral cultures. Such miscegenation of cultures results in experimental drawing, photography, video, performances, and installations.

The hybridization of practices, traditions and know-how produces a syncretic form where the past and the values of a present globalized by the brands meet. The recent creations of José Man Lius evoke ornaments of an unknown civilization or biomorphic excrescences of the architectural space. In a latent way, they have an erotic and transgressive dimension comparable to those of animistic ritual objects. More prosaically they are made with the materials of the luxury industry.

The merchandising of the animal, stripped of its skin and dignity in the industrial breeding, is visible. Indeed, these cut leathers do not evoke much of the animals. From the animal, they retain only the texture, the embossed and crumpled dermis … But also the wound that metaphorically constitute the cuts. These cuts in the leather are human actions that let perceive the will to appropriate the material, but also the desire to parry, or to protect the body.

As a plastic artist from Édouard Glissant’s Whole-World, he deconstructs appearances and social prejudices to purposefully divulge the forgotten and the Sublime of our collective memory in Europe, Africa, and the Americas. Through this cultural syncretism each and everyone absorbs ideas from elsewhere and reinvents themselves. The hybridization of practices, traditions, and know-how is born from an original intention where the past meets the values of the present globalized by brands.

EXPOSITIONS COLLECTIVES, FESTIVALS, PROGRAMMATIONS

COLLECTIVE EXHIBITIONS, FESTIVALS, PROGRAMMING 

2019. « Over the Breal ». Vidéoformes. X Biennale di Soncino, Italie

2019. « Contre Nature ». Atelier Alfred Boucher. Fondation La Ruche-Seydoux, Paris

2018. Corset social. Résidence. « Draw Art Talents Experience #01». 100 ecs, Paris

2018. Black Sun. Miff. Mumbai International Film Festival, Inde

2018. Confidence d’artiste. Ecoutez Voir ! Carré sur Seine, Boulogne

2017. Black Sun. Festival Vidéoformes, Clermont Ferrand

2016. Itinéraire(s). Carré d’Art de Guadeloupe, Dominique, Antigua, etc

2016. Memory. Athènes Digital Art Festival, Athènes

2016. Sur/face. Les Saisons Parisiennes, St Petersbourg

2015. « Opus ». Festival Images Caraïbes, Mémorial Acte, Guadeloupe

2015. « Opus ». École Polytechnique Science & Art, Moscou

2015. Biennale d’Issy les Moulineaux. Musée de la Carte à Jouer

2015. Lux Voce Corpore. Festival Vidéoformes, Clermont-Ferrand

2014. « B.I.M». Biennale de l’Image en Mouvement, Buenos Aires, Argentine

2014. « TIME is love». Torrance Museum, Californie, États-unis

2014. « Paço das artes », São Paulo, Brésil

2014. « MADATAC », Madrid

2014. Le générateur, Paris/Gentilly

2014. « La fin du monde ». Galerie Le Purgatoire, Paris

2014. « Istanbul Art Fair », İstanbul, Turquie

2013. Biennale d’Issy les Moulineaux,  Musée de la carte à jouer

2012. « Portrait in the moving image ». Internationell Konst Film Uts, Suède

2012. Nuits Blanches Paris/oran. Institut Français

2012. AIVA Festival, Suède

2012. Les instants vidéo poétiques, Marseilles

2011. Heure Exquise, Lille

2011. Vidéo Appart. Paris, Rome, Dubaï

2010. « 15 ». Tour & Taxis, Bruxelles

2004. « Sirènes ». Christophe Cuzin, Paris 

BOURSES, RÉSIDENCES, CO-PRODUCTIONS, CONCOURS

SCHOLARSHIPS, RESIDENCES, CO-PRODUCTIONS, COMPETITIONS

2014. Résidence d’Artiste Art vidéo. DRAC Clermont

2013. Intrusion. Prix ADAGP. Cité des Arts, Paris

2011. Aide à la Création. DRAC Basse-Terre

2005. Présélection. Résidence d’Artiste. Villa Kujoyama, Kyoto, Institut Français

PARUTIONS, PUBLICATIONS, DIFFUSION TV

ARTIST EXCHANGES, RESIDENCES, CO-PRODUCTIONS, COMPETITIONS

 WWW.PARIS-ART.COM , AREA REVUES, TURBULENCES VIDEO, AVIA, VALLEE DE LA CULTURE, ART TENSION, YOUNG BLOOD , MARIE CLAIRE (JP), ARTENEWS (BE), BATHROOM MANNERS (EDITION. JANNINK, JEAN-PAUL KAUFFMAN), CLIP (LFDA / M6 / ARTE CREATIVE / MTV EUROPE, ASIE / MCM)

FORMATION

EDUCATION

1989/95. Beaux Arts (Versailles – Paris) / Paris 8 / Centre d’Art numérique Art 3000

CONTACT

José Man Lius I Laboratoire du champ des possibles I 75 015 PARIS I +33. 6 6 014 74 03